Bernard Sibot

Écoutez raconter et sonner l'armistice par d'anciens Poilus :

 



Réplique de canon de 75 et son caisson de munitions

Répliques de crapouillots (mortiers de tranchée) et leurs servants

Découvrez un exemplaire de sa collection du journal Le Pays de France. Initialement à vocation touristique, Le Pays de France était un mensuel édité par le journal Le Matin. A partir du 12 novembre 1914, il devient hebdomadaire et relate les batailles, le front, et la vie des Français pendant la Grande Guerre. Il cessera de paraître en 1919.


numéro daté du 23 novembre 1916


Appartenant à son oncle Etienne Sibot. Classe 1909
Incorporé dans le 2e régiment de zouaves

 Il naît à Arzew en Algérie en 1889. Agriculteur, il fait son service militaire dans le 2e régiment de zouaves entre 1910 et 1912. Il est mobilisé dans le même régiment lors de la déclaration de guerre. Le 2e régiment de zouaves part d'Oran pour le front sous le commandement du colonel Godchot. Etienne Sibot sera blessé à la tête par un éclat d'obus le 10 février 1916, à Verdun. Il recevra la médaille militaire. 

Etienne Sibot en tenue de zouave, décoré de la médaille militaire, assis au centre de la photo

Pour plus d'information sur le 2e régiment de zouaves, consultez l'historique du régiment (source : Gallica)
Si vous ne voyez pas le lecteur Gallica, cliquez ici


Appartenant à son grand-oncle le sous-lieutenant Léon Joseph Pierre Barre. Classe 1913
 Militaire de carrière. Appartenant au 38e régiment d'infanterie. Mort pour la France

Il naît la 6 avril 1893 à Trouillas dans les Pyrénées Orientales. Il passe le concours de Saint Cyr, promotion 1914 de la Grande Revanche, promotion perturbée par la déclaration de guerre. Il est incorporé comme engagé volontaire le 13 août 1914 et est nommé dans le 38e régiment d'infanterie, premier bataillon, 3e compagnie au grade de sous-lieutenant. Il participe à une attaque dans le secteur de Vermandovillers dans la Somme le 17 septembre 1916 au cours de laquelle il est grièvement blessé. Il décédera dans une ambulance à Cayeux-en-Santerre (Somme) des suites de ses blessures. Il sera fait chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume par arrêté du 18 septembre 1916.

Pour accéder au Journal de Marche et d'Opération de son régiment, à la date du 17 septembre 1916
(source : Ministère de la Défense)

Pour accéder à sa fiche provenant du registre des soldats Morts pour la France du Ministère de la Défense

Balles françaises de fusil Lebel
Balle française de fusil Lebel

Balles allemandes de fusil Mauser
Balle allemande
Vase réalisé à partir d'un obus allemand de 77 de la bataille de la Marne (artisanat de tranchée)
Gourde de Poilu





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire